Régime Miracle !

Maigrissez durablement en mangeant tout ce que vous desirez *
Au nom de quoi serais-je habilité à dispenser des conseils en régime ? Eh bien, j’ai moi-même définitivement perdu 20 kg par cette méthode. Je la garantis d’ailleurs personnellement et m’engage à rembourser le prix d’achat de son Mika à qui n’en serait pas pleinement satisfait.

Cela semble presque trop beau pour être vrai, non ? Eh bien cher lecteur, comme toujours lorsque le slogan est trop racoleur, force est d’avouer qu’il y a des lettres en petits caractères et des abus de langage derrière l’astérisque. Les voici donc, relativement raisonnables tout de même :

* Le succès de ce protocole est inféodé au déploiement d’une somme suffisante d’efforts et de privations de la part de l’utilisateur. Les prises alimentaires évoquées seront limitées en quantité.

Si cela te semble malgré tout potentiellement intéressant, ami(e) complexé(e) par son surpoids, alors poursuivons. Commençons donc par la base : Le corps humain est incroyablement plastique et adaptable. Ainsi, exposés au soleil, nous bronzons pour stopper les U.V., en travaillant dans le bâtiment, les mains se durcissent de muscles et de cals, en s’exerçant au violon, l’on développe les réseaux neuronaux améliorant la dextérité manuelle et la perception fine des sons… En règle générale, toutes les qualités que nous exerçons et heurtons aux épreuves de l’existence se renforcent tandis que tous les organes que nous n’utilisons pas s’atrophient inévitablement. Aussi, nos corps finissent-ils inexorablement par ressembler à la vie que nous menons. De fait, si tu es réellement trop gras et flasque, cela signifie très probablement que tu manges trop et que tu ne pratiques pas suffisamment d’exercice physique en raison d’un mode de vie excessivement sédentaire. C’est aussi simple que cela.

Dès lors, il ne semble guère compliqué d’identifier les causes du surpoids et les moyens d’y remédier. Calcule donc la fraction de ta journée passée en position assise ou couchée. N’est-il pas absurde de se ruiner en salles de sport pour se contraindre à « stepper » et pédaler sur des vélos qui ne vont nulle part, puis démarrer sa voiture pour parcourir les 500 m qui nous séparent du SPARE™ du coin, préférer l’escalator et l’ascenseur aux escaliers, se casser le dos plutôt que de concéder l’effort de plier les jambes, zapper du fond de son canapé sans bouger autre chose que le pouce et la mâchoire… ? Sais-tu que le jeûne, pratique saine pour la santé, procure certes quelques courts malaises, mais également un grand bien-être ? Et que tu pourrais sans doute manger deux fois moins avec des conséquences uniquement positives ?

Mais trêve de suspense et de circonlocutions. Entrons dans le vif du sujet : pour perdre régulièrement du poids, il « suffit » de manger uniquement par faim et jamais par ennui ; diviser au moins par 2 la taille des assiettées que l’on se sert ou des menus que l’on commande ; prendre lentement ses repas et honorer humblement les 10 minutes nécessaire à l’apparition de la sensation de satiété avant de se servir une seconde assiettée ; boire un grand verre d’eau et s’émerveiller de sa propre abnégation lorsque survient une fringale que seule justifie la gourmandise ; prendre au moins une douche entièrement froide sur deux (de plus, croyez moi mesdames, ce traitement produit un spectaculaire effet raffermissant sur la poitrine !) ; considérer chaque occasion de fournir un effort physique, aussi infime soit-il, non comme une corvée mais comme une opportunité de se sentir mieux dans son corps ; ne jamais sortir uniquement pour acheter de la nourriture et n’aller acheter ses provisions qu’après un copieux repas, ne jamais culpabiliser de manger de bonnes choses.

Ajoutons à cela une orgie de tout ce que l’on aime, en grande quantité mais sur peu de temps, lorsque la perte de poids ralentit. Cela permet de duper le mécanisme d’économie et de stockage des tissus adipeux que l’organisme a mis en place pour s’adapter à la diminution de l’apport calorique. L’effet paradoxal de diminution subséquente du poids s’observe généralement peu après. C’est tout.

Bien sûr, de prime abord il peut sembler rédhibitoire de s’imposer tant de contraintes. Pourtant, il s’agit de la part la plus aisée du régime car elle apporte d’importantes satisfactions. Celle de voir lentement s’affiner sa silhouette, bien sûr, mais également la fierté un brin narcissique quoique légitime de dédaigner ceux qui se plaignent de grossir en sirotant leur Cok-a-Kola™, ou qui sont enfermés dans l’idée mesquine et erronée qu’ils tirent un quelconque avantage à abandonner aux autres le soin d’accomplir leurs efforts. De plus, parvenir à se contraindre à faire du sport ou à résister à une dévorante fringale nocturne apporte une gratification quasi-immédiate. « La vertu est sa propre récompense » écrirait B. Watterson.

En réalité, l’épreuve la plus difficile à surmonter consiste à « s’y mettre sérieusement », prendre la décision sincère de prendre un engagement inflexible et s’y tenir. Pour cela, seuls des efforts de Volonté sont nécessaires, et cette force de caractère permettant de ne pas céder systématiquement à ses pulsions peut s’exercer et se renforcer au prix de difficultés mesurées. Si tu es assidu, cher lecteur, je me propose de développer dans le prochain Mika les modalités d’une technique permettant de le faire et même de séduire absolument qui l’on désire*…

Alléchant, non ?

Enfin, ami(e) dodu(e), je tiens à préciser que le meilleur moyen de se débarrasser de ses complexes inutiles consiste à parvenir à s’accepter et s’aimer tel que l’on est. Se remémorer certaines vérités fondamentales aide, en cela je pense : aucun homme n’est attiré par les femmes maigres, tous les hommes apprécient les formes féminines, une femme préférera invariablement un homme « confortable » et bien dans sa peau au bodybuilder frénétique…

* Il s’agit en effet d’un procédé de vente aussi répandu que discutable, néanmoins je suis persuadé que tu pourrais tout de même acheter ton Mika du mois de décembre poussé par une certaine curiosité.

A propos de cet article